Ils étaient plus de 170 futurs journalistes dont une quarantaine de nos compatriotes.
Nos confères et consœurs présentateurs du journal sur les antennes de lortm, Ibrahima Diombélé, Mmes Aissata Cissé, Nianian Aliou Traoré et Aïssata Ibrahim Maïga sont les idoles des trois jeunes étudiants.
Diomansi fait sienne cette exhortation faite au père du positivisme.
Chaque postulant entre et occupe sa place à lappel de son nom.Le septuagénaire Bomboté se maintient physiquement avec une démarche rassurante.Le Directeur général de lEcole supérieure de Journalisme et des Sciences de la Communication communique : Il est ouvert un concours direct daccès à lEcole supérieure de Journalisme et des Sciences de la Communication, niveau : Licence (BAC 3 au titre de lannée académique 2017/2018.Tous se sont vite aperçu du besoin pressant de formation de journalistes dont la plupart à lépoque sétaient formés sur le tas à la faveur de lavènement de la démocratie pluraliste au Mali en Mars 1991.Epreuves (5épreuves dont 4 écrites).1 Epreuves écrites -Dissertation sur des problèmes contemporains coefficient 3 ; -Contraction de textes, cadeaux original femme coefficient 3 ; -Questions dactualité resultats concours police 2018 senegal portant sur les six mois qui précèdent le concours, coefficient 2 ; -Version anglaise, coefficient.En acceptant de conduire ce projet par le biais dun contrat conclu avec le ministère de la Communication, Diomansi Bomboté sest dit heureux de mettre son expérience aux services des jeunes qui veulent apprendre le métier du journalisme au Mali.Père spirituel de lEsjsc qui a jusque-là retenu son souffle, pressé quil était de voir son enfant commencer à marcher.En sy engageant, Bomboté ne croyait pas si bien faire.De 2006 à nos jours, cest le doyen des journalistes maliens encore en activité qui a principalement porté de bout en bout le projet Esjsc. .Avec le rang de Professeur assistant, il y dispense des cours des techniques professionnelles de presse écrite.



Vous avez des grandes œuvres à accomplir pour lhumanité!
Son entrée est conditionnée à un concours.
Pour toutes les options, et pour les deux premières années le système de tronc commun est mis en place.
Parmi lesquels Baba Daga, un des pionniers de notre Télévision publique pour avoir été, le 22 septembre 1983, le présentateur des premières nouvelles du Journal télévisé au Mali.
Se considérant comme principal soutien attendu dune famille où il est laîné dune fratrie de 3 frères et 3 sœurs, Bomboté renonce à des études de long cycle.Pour monter le projet, le ministère en charge de la Communication fait appel à lexpertise avérée dun journaliste chevronné, un communicateur talentueux et un formateur hors-pair.La création de cette école est une volonté unanimement exprimée, dès la moitié des années 1990, par les acteurs du secteur des médias.Cest une aventure professionnelle dans laquelle il pourrait sengager avec de nombreux acteurs confirmés du secteur.Sur sa table de travail, Bomboté a, à portée de mains, deux ouvrages biographiques de Madiba dont une photo est collée sur la vitre de la porte dentrée de son salon.



En six années académiques, le jeune professeur Bomboté y a contribué à la formation dune demi-douzaine de promotions comprenant des étudiants venus du Bénin, de la Côte dIvoire, de la Haute Volta (lactuel Burkina Faso du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Sénégal.
Il obtient ainsi une Licence en sociologie (1967) puis une autre en journalisme à la Fac des Lettres en 1968 (le Cesti nétait pas encore cré).

[L_RANDNUM-10-999]